Skip to Content

Timo Boll : la star que les Chinois plébiscitent (devant Beckham)

En automne 2005, les médias traitaient Timo Boll "d’ennemi public no. 1 de la Chine“. Le joueur d’exception allemand avait réussi une chose extraordinaire, voire unique. Lors de la coupe du monde de tennis de table à Lüttich, il avait battu – l’un après l’autre – Wang Liqin, le Champion du monde et numéro un mondial, le tenant du titre Ma Lin et le médaillé d’argent aux Jeux Olympiques Wang Hao. En remportant la coupe du monde – la deuxième fois après 2002 – Boll était définitivement devenu une menace sérieuse pour la suprématie chinoise en tennis de table. Même si depuis, son compatriote Dimitrij Ovtcharov l’a dépassé au classement mondial, Timo Boll fait partie des plus grands favoris à Lausanne.

Helmut Hampl et l’expérience Boll
C’est d’une manière un peu spéciale que le joueur d’élite du club Butterfly de Borussia Düsseldorf explique son don particulier qui lui permet de revenir sans cesse parmi les meilleurs du monde même après de longues pauses imposées par des blessures : "Avec le temps, j’ai compris le tennis de table." Timo Boll a compris déjà tôt. Âgé de seulement quatre ans, il avait un rituel du soir avant d’aller se coucher : avec son père, il descendait à la cave de la maison à Höchst im Odenwald où il lui retournait – en pyjama – des balles avec une telle génialité que Wolfgang Boll décidait par la suite d’amener son fils chaque jour dans un centre d’entraînement qui se trouvait à 120 km de la maison. L’entraîneur s’appelait Helmut Hampl, l’entraîneur de fédération hessois qui – à juste titre – est réputé être l’un des promoteurs de talents les plus chevronnés d’Allemagne.

Celui-ci avait vu Boll pour la première fois en 1989 dans le cadre d’un tournoi de détection. Il avait immédiatement vu qu’il était en présence d’un immense talent. "Jouant avec peu de force, il arrivait souvent à surprendre l’adversaire", expliquait Hampl." L’entraineur-chef du TV Gönnern osait une expérience. Contrairement aux autres joueurs, le jeune Timo ne faisait pas d’internat à Heidelberg, mais pouvait rester habiter chez ses parents. Au lieu de cela, des joueurs de Gönnern s’engageaient à déménager à Höchst où habitait Timo Boll, afin de s’entraîner tous les jours avec leur nouveau coéquipier. "L’internat aurait brisé Timo", expliquait Hampl. "Il est très sensible et attaché à sa famille, à ses amis, à son chien…" Certains entraîneurs traitaient Hampl de fou, mais le succès lui donnait raison : à 15 ans, Boll était le plus jeune joueur de la Bundesliga de tous les temps et une année plus tard, il devenait joueur professionnel.

Développement d’un "anti-Chinois"
L’entraîneur à succès explorait de nouvelles pistes également au niveau de la technique de son protégé. Ensemble, Hampl et Boll développaient le style de jeu unique d’un "anti-Chinois. Par rapport aux Chinois, Timo Boll misait plus sur le spin que sur la rapidité et jouait avec de courts mouvements de topspin près de la table au lieu de faire de longs mouvements. Ce style lui permettait de dominer le classement mondial en 2003. Aujourd’hui, son histoire à succès semble vertigineuse : Boll est le meilleur et le plus populaire joueur allemand de tous les temps, il est troisième aux CM, a remporté un nombre record de titres de Champion d’Europe et il est double vainqueur de la coupe du monde. Avec l’équipe nationale, il a décroché la médaille d’argent lors des Jeux Olympiques et des Championnats du monde.

Dans l’Empire du Milieu, il jouit ainsi d’une immense popularité, mais c’est également le cas en Allemagne. Lors d’un vote en Chine portant sur le joueur étranger le plus attrayant, il devançait même l’icône David Beckham. Dans le cadre de l’élection du 'Sportif de l’année' des journalistes sportifs en Allemagne, il décrochait en tout trois fois la deuxième place, il recevait le prix 'Bambi dans la catégorie Sport' et remportait le prix du fair-play du ministère fédéral de l’intérieur.

Mais les fans chinois n’ont pas seulement de la considération pour lui parce que durant longtemps, il était le seul Européen à pouvoir battre les Chinois. Le fair-play du gaucher est également beaucoup apprécié. Lors des huitièmes de finale des CM 2005 contre le Chinois Liu Guozheng, Timo Boll avait une balle de match. Son adversaire jouait sur l’arête de la table et l’arbitre donnait le point à l’Allemand. Mais celui-ci corrigeait immédiatement la décision et perdait ensuite le match. Encore aujourd’hui, on parle de ce geste sportif en Chine.

Personne ne peut concurrencer son œil et son intuition
Lorsque l’on demande à Boll qui est papa depuis le mois de décembre, de résumer en quelques mots ses principales caractéristiques comme joueur, il les énumère comme suit : "le plaisir du jeu, la capacité de concentration, l’anticipation, le toucher de balle et la stabilité." Les meilleurs joueurs asiatiques auxquels il a régulièrement pu contester la 1ère place du classement mondial, peuvent le confirmer. Aucun autre joueur non chinois est en mesure de retourner même les balles les plus rapides des meilleurs parmi les meilleurs avec une telle précision, ni d’ébranler si constamment ce 'grand mur' asiatique ou de donner une rotation aussi importante à la balle. Seulement peu de joueurs disposent de son accélération de l’avant-bras et probablement personne n’est en mesure de concurrencer son œil et son intuition, en particulier durant les phases de match décisives.

Texte : butterfly-tt (http://de.butterfly.tt/)/Thomas Neuenschwander, photos : René Zwald

 

 

 

  

 

 

 



about seo | story